Le réglage alimentaire

Le réglage alimentaire : un ajustement au cas par cas

 

Robert Masson, Doyen de la Naturopathie en France, Directeur du Centre Européen de Naturopathie Appliquée (CENA) et pionnier de celle-ci a largement communiqué sur ce sujet depuis fort longtemps. Ses ouvrages en témoignent ainsi que l'enseignement qu'il professait (décédé le 2 juillet 2019).

Aujourd'hui les naturopathes, naturothérapeutes, ont tous repris ce terme de "réglage alimentaire".

 

L'alimentation est une histoire personnelle, elle doit par conséquent être ajustée à chacun(e) pour qu'elle puisse apporter tous les bénéfices nécessaire à chaque organisme.

Ainsi le naturopathe ne saurait conseiller exactement la même chose à tout le monde puisque les besoins varient d'une personne à l'autre, en fonction notamment de l'âge, de la sédentarité, du climat, de la morphologie, du métabolisme, du contexte émotionnel, de la capacité adaptative, du type de travail exercé (en extérieur, portant de lourdes charges, assis, bougeant beaucoup...)...

Une consultation avec un naturopathe vous donnera des éclairages, des propositions pour comprendre le fonctionnement de vos organes, de votre  métabolisme et vous permettra de faire les ajustements nécessaire en fonction du Tout que vous êtes.

J'aime le concept de santé holistique, car effectivement, l'hygiénisme a ses limites (ressources du corps, vitalité en soi) et il est important de sentir que la santé ne dépend pas uniquement de ce que nous mangeons.

Nous avons plusieurs façons de nous nourrir : regards, gestes, paroles, toucher, lumière, amour... L'information qui vient nous nourrir ou nous détruire est multiple, la santé dépend donc de tous ces facteurs.

En effet, il ne s'agit pas seulement d'avoir une alimentation qui contient toutes les vitamines, les minéraux, les oligo-éléments, les enzymes et autres substances merveilleuses pour notre corps ni même que notre alimentation soit digeste, naturelle, mesurée et équilibrée, il s'agit aussi que notre environnement, notre temps de sommeil, nos moments d'exercices physiques, nos contextes émotionnel et mental soient eux aussi pris en compte et optimisés.

Une alimentation équilibrée comporte :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-des fibres

-des vitamines                                                              

-des oligo-éléments    

-des minéraux

-de l'eau

-de la chlorophylle

(à propos de la chlorophylle, lisez le chapitre : "légumes verts et chlorophylle")

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques mots sur :

-le sel, préférez-le naturel, il sera alors riche en iode, calcium, magnésium, utilisez le avec modération.

-Pour le sucre, préférez le sucre roux ou la stévia.

 

 

 

 

 

L'astuce du naturopathe :

Ne mélangez pas les fruits aux repas.

Lisez l'article "Quand mangez les fruits? "

 

 

 

 

 

 

 

Autres Points à retenir :

-Tout séparatisme alimentaire favorise la digestion, mais certains séparatismes entraînent une perte de poids, de vitalité et d'énergie.

-la suralimentation (lisez aussi l'article "le grignotage") entraîne la dilatation du tube digestif ainsi que l'étirement des ligaments suspenseurs des organes, des artères et des veines. La dilatation de l'estomac surélève le diaphragme qui à son tour gène la respiration et "dévie" l'axe du coeur, produisant des troubles cardiaques mécaniques et réflexes.

L'intestin grêle et le côlon dilatés et posés font pression sur les organes génito-urinaires d'où ptoses, congestion, troubles mécaniques et fonctionnels innombrables. La congestion de ces organes favorise aussi les fibromes.

La suralimentation produit bien sûr l'épuisement des sécétions digestives ainsi que la fatigue péristaltique avec constipation, ballonnements, fermentations, aérogastrie, insuffisance gastrointestino et pancréato-hépatique.

 

 

Les suralimentations les plus nuisibles sont :

-la suralimentation glucidique qui comporte un excès de pain (complet ou non), excès de pâtes et céréales (complètes ou non), excès de pommes de terre.

-la suralimentation lipidique qui comporte un excès de corps gras, beurre, huile de première pression à froid ou non, excès d'oléagineux.

-la consommation de glaces, sodas, confiseries, patisseries ...

-la suralimentation protéinique qui comporte un excès de viandes, de protéines animales en général.

 

 

 

 

 

 

 

 

A   Votre  Santé,

Avec  Gratitude,  Force  et  Lumière,

Caroline.

 

 

 

Tout cela se retrouvera facilement dans les végétaux : les fruits, les légumes, les féculents, les légumes secs ou légumineuses et les céréales.

-des protides (les matériaux de construction de notre organisme), ce sont les protéines que l'on retrouve dans la viande rouge ou blanche, les crustacés et fruits de mer, les oeufs, et le poisson.

Les protéines sont nécessaire à la construction et au maintient du squelette, à la régénération des cellules, indispensables à la constitution de la structure même de l'organisme. Les protéines animales sont constituées des 8 acides aminés essentiels que notre corps ne peut fabriquer.

Certains auront une préférence pour des protéines animales, d'autres pour des protéines végétales.

Rappelez-vous que nous n'avons pas des reins de la taille de ceux des lions qui sont de grands carnivores et génèrent donc beaucoup d'acide urique : leurs reins sont adaptés à leur alimentation instinctive.

Nous avons des reins de petite taille et une dentition similaire à celle des grands singes, mangeurs de végétaux...

-des glucides (indispensables à notre énergie physique et intellectuelle), ce sont les sucres rapides et les sucres lents que l'on retrouve dans les céréales, les tubercules ou farineux, les féculents.

-des lipides ( les acides gras saturés, les acides gras poly et mono insaturés, les acides gras essentiels nécessaire à la vie, au bon fonctionnement de tout l'organisme, le cerveau compris) que l'on retrouve dans les oléagineux ou fruits secs à coques, les huiles de première pression à froid, les poissons gras...

De façon générale les légumes verts ont une forte teneur en chlorophylle, les fruits et les légumes orange et rouge une forte teneur en vitamine C et béta carotène.

Enfin pensez aux épices, aux aromates, qui réhaussent naturellement le goût des aliments et nous apportent leur vertus.

La liste est longue : anis, canelle, curcuma, curry, cumin, coriandre, poivre, safran, cardamone, gingembre, sumac, noix de muscade, vanille, clous de girofle, ail des ours, menthe, basilic, estragon, romarin, thym, origan, aneth, sariette, persil, laurier...

A partir de ces feuilles de Stévia, on extrait le sucre.

Ecoutez l'interview du Salon de la Beauté et du Bien-Etre où la Naturopathie était présente en cliquant sur l'image.